Les Poèmes & Chansons


SOUVENIRS DE KIEV

Paroles : Vadim PIANKOV  

 

Vrai que c’est la guerre qui nous fait surgir du néant,

Vrai son enfer nous apprend à vivre ou faire semblant,

Vrai ou faux, c’est comme ça,

Autrement nous ne serions pas là.

 

Faux que c’est l’Amour qui règnera un jour sur Terre,

Faux que la Beauté sauv’ra  not’ monde de la Misère,

Vrai ou faux, c’est comme ça,

C’est ainsi, hélas !

 

Mais un jour de trêve,

À l’instant où mon parcours s’achève,

Je me souviendrai du temps

Où je n’étais qu’un petit enfant.

Pour ces jours d’enfance,

Jours d’amour et d’innocence,

Je vais remercier les cieux

Pour ces jours où j’étais heureux.

 

Vrai que c’est l’Argent  qui nous possède, et  n’mène nulle part,

Vrai qu’on n’apprend rien en arrachant les pages d’Histoire,

 

                             Musique : Jean-Pierre STORA

 

Vrai ou faux, c’est comme ça,

Autrement nous n’en serions pas là …

 

Faux comme tout slogan sur la liberté, l’égalité,

Et surtout quand on nous chante la fraternité,

Faut œuvrer, c’est comme ça,

C’est ainsi, hélas !

 

Mais un jour de rêve,

A l’instant où mon parcours s’achève,

Je me souviendrai du temps

Où je n’étais qu’un petit enfant.

Et ce jour de chance,

Jour de l’ultime délivrance,

Je remercierai les cieux,

Car, malgré tout, je fus heureux…..

 

Vrai que c’est la guerre…

Faux que c’est l’Amour…

Vrai que c’est l’Argent…

 

Faux tous ces slogans…



MON ENFANCE

Paroles : Vadim PIANKOV   

 

 

Un beau jour  de la paix d’après-guerre, jour de trêve

Dont je rêve souvent et encore et toujours,

J’ai rêvé d’un pays  beau lui-même comme un rêve,

D’un pays éternel, tel  l’royaume de l’amour.

 

Je voyais dans la mer les reflets éphémères

Des murailles d’un bastion, des corsaires, des canons….

Ma mémoire murmurait, « ce n’est pas qu’un beau rêve :

Il existe sur terre et possède un prénom….. »

 

Mon enfance est une ville qui parait impossible

Un pays sur le roc, presque imaginaire

Il demeure pour l’ennemi toujours inaccessible

Est-ce ainsi qu’il traverse les  siècles sur terre ?

 

Musique : Jean-Pierre STORA

 

Je me suis réveillé, inspiré par ce rêve.

Le matin arriva, le soleil a surgi.

C’était dans le  Midi d’la Russie, jour de trêve.

Ce jour-là, j’ai compris : tant qu’on rêve, on vit !

 

Un beau jour de la paix d'après-guerre, jour de chance,

J’étais seul… J’ai rêvé…  J’ai appris que sur terre

Il existe un pays amarré à l’Enfance,

Eternel, impossible, Irréel,  éphémère.

 

Un beau jour de la paix d'après-guerre, jour de chance,

J’étais seul… Je rêvais… J’ai appris que sur terre

Il existe un pays, amarré à l’Enfance,

 

 Irréel, impossible, éternel, éphémère.



NOCTURNE

Extrait de l’album reprenant les prestations des 12 finalistes - Pour la Gloire - 1998 - Les Finalistes '98 - Emission de la RTBF

 

La grande finale de "Pour la gloire 98" a eu lieu le 12/06/1998.


 

Quelle heure est-il, mon Âme,

Quelle heure est-il, ma joie?

Est-il une heure de drame,

De farce ou l’heure du choix ?

 

Quel âge as-tu, mon Âme,

Si fraîche mais fatiguée

D'où vient ta force, ta flamme

Quand tu es réveillée ?

 

Et si tu existais

Avant que je sois né

Comment tu t'appelais

Et ceux abandonnés?

 

As-tu pour eux toujours

L'amour ou le chagrin?

 

 

 

Et quand viendra mon tour

Aujourd'hui ou demain?...

 

Dis-moi, alors, mon Âme,

Quand je ne serai plus

Que feras-tu, ma Dame,

Qui épouseras-tu ?

 

Bonne nuit, bonne nuit, mon Âme,

Muette comme toujours…

La mort est une lame

Qui nous sépare un jour.

 

Quelle heure est-il, mon Âme,

Quelle heure est-il, ma joie?

Est-il une heure de drame,

De farce ou l’heure du choix ?

                                                                                                                                                  1998



LE JARDIN DE MES REVES

 

 

Le Jardin de mes Rêves s’est ouvert cette nuit

Plein d’amour et d’angoisse, étonnant, merveilleux,

Parcouru des ruisseaux de l’Enfance impunie,

Réunis en rivière de mon Âge orgueilleux.

 

Rivière qui me bouscule et qui me déracine,

Qui me traîne et m’emporte vers de nouvelles épreuves :

Devenir un adulte où la Jeunesse s’incline,

Se jetant dans le lit des courants d’un grand fleuve.

 

Le Jardin de mes Rêves est immense, mais quand même

On s’amarre aux rivages de la mer, dite Vieillesse,

Et les flots de nos larmes, de soucis, de problèmes,

 

Se dispersent en cette mer apaisée de Sagesse.

 

On se croit arrivé  tout au bout du voyage

Face à face à la Mort et à l’Obscurité.

Mais alors, après tant d’années  et de naufrages,

On découvre le large nommé  Éternité.

 

Le Jardin de mes Rêves s’évanouit à l’aurore,

Lorsque j’ouvre les yeux, désormais désarmé,

En quittant ses allées pour  y venir encore,

Chaque nuit de ma vie, heureux de m’évader.

 

Le jardin de mes rêves se rouvre chaque nuit,

Plein d’amour, plein d’angoisse, étonnant, merveilleux,

Parcouru des ruisseaux de l’Enfance impunie,

Bien au-delà des rives de mon Âge orgueilleux. 

 

 © Vadim PIANKOV, 1997 - 2022




J'ai écrit ce poème en 1983 alors que j’étais dans l'armée, l'année même où le croiseur lance-missiles Moskva (alors appelé Slava) a été inauguré et incorporé dans la flotte de la mer noire.       Et -imaginez! - quelle coïncidence mystique.:

Moscou, le 15 avril 2022                       En fin de soirée.

    * Tous les médias transmettent les derniers rapports des lieux de combat, parmi lesquels les nouvelles de l'incendie du navire amiral de la flotte de la mer noire, le croiseur                 lance-missiles « Moskva ». Des informations contradictoires arrivent.

       Après avoir dîné, je m'assieds pour travailler sur un recueil de tout ce que j'ai écrit, composé et traduit au cours des quarante dernières années. Je fouille dans les archives.

       En lisant mes cahiers de l'armée à la recherche de poèmes écrits à cette époque, je tombe sur ce poème même... Tout à coup, au même moment, je reçois un message                 d'urgence sur mon téléphone portable indiquant que le croiseur « Moskva » a coulé lors d'une tempête dans la mer Noire, n'atteignant pas Sébastopol.

    * Et il y a exactement six ans, en mai 2016, j'étais à Sébastopol, où j'ai participé au programme culturel du Festival du film " Ainsi nous avons gagné!". Puis j'ai eu la chance de        visiter ce mystérieux navire.

      Ce mémorable matin ensoleillé de mai, nous avons été reçus personnellement par le capitaine du navire, invités dans son grand espace de travail, où nous avons goûté à la          vraie cuisine de la marine, puis là-bas, comme j'avais ma fidèle guitare sur moi, j'ai offert en remerciement, d’interpréter quelques-unes de mes chansons, pour nos hôtes, les        marins. Ensuite, il y a eu une visite guidée du navire, nous avons admiré son musée, où on nous a raconté son histoire légendaire...

      Le croiseur « Moskva » venait alors de rentrer de la Méditerranée après avoir effectué une mission de combat en Syrie et se trouvait à Sébastopol pour des travaux de                    maintenance avant de repartir vers les lointaines côtes syriennes...

 Et voici le plus petit poème à propos de l'armée, écrit à l'époque où j'avais vingt ans:


ЭТО БЫЛ МОЙ КОРАБЛЬ         1983

Посвящение крейсеру "Москва"

 

Над морем плыл корабль. Такой огромный,

Что занимал полнеба... В облаках

Увяз он всеми мачтами своими

И вскоре утонул в его глубинах.

 

К чему я это все сказал? К тому,

Что это был мой сказочный корабль...

 

Кяхта, 1983 г.

C’ETAIT MON VAISSEAU       1983

Dédicace au croiseur "Moskva"

 

Un navire flottait au-dessus de la mer. Si énorme,

Qu’il cachait presque les cieux... Dans les nuages

Ses mâts se perdaient

Et bientôt il a coulé dans les profondeurs.

 

Pourquoi ai-je dit tout ça? Mais à propos

 

C'était mon fabuleux vaisseau…

 

Kiakhta, 1983



Souvenir des jours heureux de mon enfance, où je réclamais les manèges à ma mère !

Память о счастливых днях моего детства, когда я требовал карруссель у своей матери !

Vadim PIANKOV


КАРУСЕЛЬ                1983

                                  (сон-присказка)

Вот вам старый-старый сон

Из далеких детства дней —

Просьба, зов, иль просто стон

Неродившихся детей.

Перед сказкой – присказка,

Перед сном – усталость.

Мне приснился странный сон,

Что со сказкой сталось…

 

Карусели детские:

Крашенные слоники,

Расписные ослики,

Кони ростом с пони.

Добрые родители,

На ослах – ребятки.

За оградкой – зрители.

В летнем сквере – праздник.

 

Ах, как просто и легко

В этой карусели,-

Расставание – на миг,

И опять веселье;

От восторга детвора

Бьет в бока лошадок,

А лошадкам – нелегко,

И ослам несладко.

 

Ребятишкам нравится,

Как мелькают лица:

 

Как они сливаются

В общее безличье…

Карусели вертятся.

Кто-то громко плачет,

Только плач среди веселья

Ничего не значит!

Только плачь среди веселья

Праздничного тонет:

Добрые родители,

Злые кони-пони…

Кто-то взвыл от ужаса

И упасть боится;

Карусели кружатся –

Не остановиться!

 

Это только присказка,

Главное – приснится.

 

Вот вам старый-старый сон

Из далеких детства дней,

Просьба, зов, иль просто стон

Не родившихся детей:

Перед сказкой – присказка,

Перед сном – усталость.

Мне приснился странный сон,

Что со сказкой сталось… 

 

Le Manège                 1983

                                         (conte - rêve)

Voici pour vous un vieux vieux rêve

Venu des jours lointains de l'enfance —

Une demande, un appel, ou seulement un gémissement

Venant des enfants à naitre.

Avant un conte de fées – il y a une comptine,

Avant d'aller au lit – il y a la fatigue.

J'ai fait un rêve étrange,

Qui est devenu un conte de fées…

 

Manèges pour enfants:

Éléphants en couleurs,

Ânes peints,

Chevaux montants avec des poneys.

Braves parents,

Sur les ânes, - des enfants.

Derrière la clôture – le public.

Dans le square d'été - la fête.

 

Ah, comme c'est simple et facile

Dans ce manège,-

Séparation d’un Instant,

Et encore de la joie;

Ravissement de la marmaille

Ils frappent les flancs des chevaux,

Et les chevaux,  ne sont pas dociles,

Et les ânes ne sont pas doux.

 

Les enfants aiment ça,

Comme les visages rayonnent:

Comme ils fusionnent

 

Dans l'ambiance générale…

Les manèges tournent.

Quelqu'un pleure fort,

Seulement pleurer au milieu du plaisir

Ne veut rien dire!

Juste pleurer au milieu du plaisir

Fait sombrer la fête :

Braves parents,

Vilains chevaux, poneys…

Quelqu'un a hurlé d'horreur

Et a peur de tomber;

Les manèges tournent –

Ils ne s’arrêtent pas !

 

Ce n'est qu'une comptine,

L'essentiel est de rêver.

 

Voici pour vous un vieux vieux rêve

Venu des jours lointains de l'enfance —

Demande, appel, il suffit d’un gémissement

Venant des enfants.

Avant un conte de fées – une comptine,

Avant d'aller au lit – la fatigue.

J'ai fait un rêve étrange,

Qui est devenu un conte de fées…

Le Manège                 1983

 

Un vieux rêve pour vous surgit

Des jours lointains de l’enfance

Un appel, une plainte, un cri,

Venant d’une promesse d’enfant.

Avant les comptes, les comptines,

Avant l’coucher, fatigué.

J’ai fait un rêve étrange,

Qui devint conte de fées…

 

Les manèges pour les enfants :

Tout coloré l’ éléphant,

Les ânes tous  bariolés

Les chevaux articulés

Les braves parents regardent,

Sur des ânes, les enfants.

Derrière la grille, le public.

Au square, la fête de l’été.

 

Ah, comme c'est simple et facile

Se séparer un instant,

Dans ce manège en ville,

Et être encore en joie ;

La marmaille se réjouit de

Battre les flancs des chevaux,

Les chevaux c’est pas docile,

Et les ânes ne sont pas doux.

 

Les enfants adorent ça

Comme les visages rayonnent:

 

Vois comme ils fusionnent

Dans un même visage ravi.

Le manège vire, vire.

Un enfant pleure bruyamment,

Mais pleurer en plein plaisir

Ça ne veut plus rien dire !

Mais pleurer en plein plaisir

Cela fait sombrer la fête.

Les braves parents s’inquiètent,

Vilains chevaux et poneys …

Un gosse a hurlé d’horreur

De tomber il a eu peur ;

Les manèges tournent, tournent

Jamais, jamais ils ne s’arrêtent !

 

Ceci n’est qu’une comptine

L’important, c’est de rêver.

 

Un vieux rêve pour vous surgit

Des jours lointains de l’enfance

Un appel, une plainte, un cri,

Venant d’une promesse d’enfant.

Avant les comptes, les comptines,

Avant l’coucher, fatigué.

J’ai fait un rêve étrange,

Qui devint conte de fées…



Paroles et musique de Vadim PIANKOV, illustration de Annie Noëlle GARAND.


ПЕСЕНКА  ВЛЮБЛЕННЫХ СВЕТЛЯЧКОВ             1980

Темнота, темнота.

Мы с тобою вдвоём.

Мы летим и горим,

И судьбу не клянем.

Мы судьбу не клянём,

Мы летаем с огнём,

Чтобы ведали те,

Что живут в темноте,

Что они – не одни.

 

Ты уснешь на лету,

Я тебя подхвачу.

Оглянусь в темноту,

Света лучик найду…

Но она, темнота,

Отводила глаза

И тянула туда,

Где в стене есть дыра.

Где дорога легла в темноту.

 

Если кто-то пропал,

Заблудился в ночи,

Если кто-то устал

И от страха кричит,

Мы к нему поспешим

Со своим огоньком.

Мы его ободрим,

Его путь осветим

И ему запоём:

 

«Темнота, темнота.

Мы с тобою вдвоем.

Мы летим и горим

И судьбу не клянем.

Мы судьбу не клянём,

Мы летаем с огнем,

Чтобы ведали те,

Что живут в темноте,

Что они – не одни,

Не одни…»

LA CHANSON DES LUCIOLES AMOUREUSES              1980

Ténèbres, ténèbres.

Toi et moi nous sommes deux.

Nous volons et brûlons,

Et nous ne maudissons pas le sort.

Nous ne maudissons pas le sort,

Nous volons comme des lampions,

Pour que ceux

Qui vivent dans l'obscurité,

Sachent qu'ils ne sont pas seuls.

 

Si tu t’endors en volée,

Je vais te rattraper.

En scrutant l'obscurité,

Pour trouver le rayon de lumière…

Mais elle, l'obscurité,

A détourné mon attention

Et m’a tiré là,

Où il y a un trou dans le mur

Où la route trace dans les ténèbres.

 

Si quelqu'un s’est perdu,

Errant dans la nuit,

Si quelqu'un est à bout de forces

Et crie de peur,

Nous nous précipiterons vers lui

Avec notre petite lumière.

On va l'encourager,

Eclairer son chemin

Et nous chanterons :

 

« Ténèbres, ténèbres.

Avec toi nous sommes deux.

Nous volons et brûlons,

Et nous ne maudissons pas le destin.

Nous ne maudissons pas le destin,

Nous volons avec le feu,

Pour reconnaitre ceux,

Qui vivent dans l'obscurité,

Qu'ils ne sentent pas seuls.

Pas seuls »



Inspirée par la chanson de Serge LAMA les ballons rouges

Paroles et musique Vadim PIANKOV, illustration Annie Noëlle GARAND


ПЕСЕНКА О ЗОЛУШКЕ              1985

Все также падали надежды

Под ноги матушке-судьбе,

Но остававшуюся нежность

Я снова приносил тебе,

 

 И преклонив свои колени,

Сдувая прах с усталых ног,

Я примерял душе весенней

Ее хрустальный башмачок.

 

                Пусть не достиг,

                Но я мечтал!

                Пусть не сбылось,

                О чем мечтал!

 

В с тех пор, когда не понимают,

Уже не хочется кричать,

На полуслове обрывают,

И нету силы продолжать…

 

А где-то Золушка рыдает,

Перемешав слезу с золой,

И отражение мерцает

В кастрюле медной и пустой.

 

                Пусть не сбылось,

                о чем мечтал!

                Пусть не нашел,

 

                Но я искал!

CHANSON POUR CENDRILLON     1985

Tous les espoirs comme d’habitude tombaient

Sous les pieds de ma petite belle-mère, la destinée,

Mais toute la tendresse qui me restait

Je l'ai mise à tes pieds,

 

Et m’agenouillant,

En soufflant la poussière de tes jambes fatiguées,

J'ai essayé à l'âme printanière

Son petit soulier de cristal.

 

Peu importe si je n’ai pas trouvé

Ce que je cherchais tant !

Peu importe si je n’ai pas atteint,

Ce à quoi j’ai tant rêvé !

 

Dorénavant quand on n’écoute plus,

Je n’ai plus besoin de crier,

Quand on te coupe la parole,

Et on n’a plus de force pour continuer…

 

Et quelque part Cendrillon pleure,

Mêlant ses larmes avec les cendres,

Et son reflet miroite à peine

Au fond vide d’un faitout de cuivre.

 

Peu importe que ne se réalise pas

Ce à quoi j’ai rêvé !

Peu importe que je n’ai pas trouvé,

Mais j’ai cherché ! 




Chanson écrite le 29.10.1998 pour le jour d'anniversaire de Franco Interlenghi, lors du tournage d’un film à Amalfi en Italie.

Parole et Musique Vadim PIANKOV                                                                           Photo d'Amalfi Annie Noëlle GARAND.


АМАЛЬФИ    29.10.1998

В комнатке отеля с нежностью, печалью и тоской

Сочинилась песня в городке Италии чужой,

Полная надежды, веры и любви, назло слезам,

В благодарность жизни, осени и южным небесам.

 

В городке дремотном с нежностью, печалью и тоской

Бьёт на колокольне колокол разбитый и глухой.

Время недвижимо, как и облака над городком,

Вот и очутился в прошлом, позабытом и родном.

 

Я смотрю немея с нежностью, печалью и тоской

На прекрасный город, погружённый в сказочный покой.

В садике отеля балуется, роется в пыли,

Радуется жизни мальчик, что родился без любви.

 

Из окна напротив с нежностью, печалью и тоской

На меня взирает старец удивлённый… Боже мой!

Да не я ли это, только через много-много лет,

Сочинявший песни, у которых будущего нет.

 

В комнатке отеля с нежностью, печалью и тоской

Сочинилась песня в городке Италии чужой,

Полная надежды, веры и любви, назло слезам,

В благодарность жизни, осени и южным небесам.

AMALFI   29.10.1998

Dans la chambre de l'hôtel avec tendresse, tristesse, nostalgie

Je me suis inventé une chanson dans cette ville d'Italie étrangère,

Pleine d'espoir, de foi et d'amour, au mépris des larmes,

En remerciement à la vie, à l'automne et aux cieux du Sud.

 

Dans la ville endormie avec tendresse, tristesse et nostalgie

La cloche fêlée du campanile résonne brisée et sourde.

Le temps est immobile, comme les nuages au-dessus de la ville,

Me voici donc dans le passé, bien oublié mais familier..

 

Je regarde sans voix avec tendresse, tristesse et nostalgie

La belle ville plongée dans une paix fabuleuse.

Dans le jardin de l'hôtel joue, barbotant dans la poussière,

un garçonnet heureux de vivre pourtant né sans amour.

 

De la fenêtre en face avec tendresse, tristesse et nostalgie

Un vieil homme surpris me regarde ... mon Dieu!

N’est-ce pas moi, dans tant et tant d’années à venir

Qui composait des chansons sans succès, sans avenir.

 

Dans la chambre de l'hôtel avec tendresse, tristesse et nostalgie

Je me suis inventé une chanson dans cette ville d'Italie étrangère,

Pleine d'espoir, de foi et d'amour, au mépris des larmes,

En remerciement à la vie, à l'automne et aux cieux du Sud.